Politique nationale vélo

Les 6 associations nationales pro-vélo menacées

 

de ne pas recevoir leurs financements 2016

Le Ministère de l’Environnement, qui pourtant abrite en son sein une coordination interministérielle dédiée aux modes actifs, risque de ne plus subventionner les associations d’usagers (FUB, AF3V, « L’Heureux Cyclage »), de collectivités (« Départements & Régions Cyclables » et « Club des Villes et territoires cyclables ») et de Promotion (« France Vélo Tourisme »). Celles-ci assurent non seulement un important relais des politiques cyclables nationales sur l’ensemble du territoire français, mais également pallient bien souvent une insuffisance de l’État. Ces désengagements du Ministère de l’Environnement menacent donc gravement la politique vélo nationale !

Vu les enjeux transverses du vélo, notamment en termes de santé publique et d’emplois non délocalisables, le montant des financements d’actions perçu habituellement par chaque structure parait dérisoire. De plus, les associations concernées apprennent ce désengagement en toute fin d’année concernée, alors que les actions à conventionner sont bien plus qu’engagées.

Le montant total de ces financements – soit la somme de 230 000 € – représente à peine l’équivalent de 37 mètres d’autoroute, 16 mètres de tram, ou encore 58 Vélibs. C’est dire que cela ne peut ruiner le budget de l’Etat alors même que le vélo doit être un acteur et outil important de la transition énergétique !

Toutes les études chiffrent les retombées potentielles d’une politique vélo efficace en milliards d’euros.

Au regard de cette situation préoccupante, la FUB, l’AF3V, l’Heureux Cyclage, les Départements & Régions Cyclables et France Vélo Tourisme ont adressé une lettre ouverte à la Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer pour tenter de résoudre cet imbroglio avant la fin de l’année 2016 et ainsi éviter un coup fatal à la mise en œuvre d’une véritable politique vélo en France.

Lien vers lettre ouverte

Ce courrier pouvant ne pas suffire, l’Agence de Mobilité appuie la demande de ces associations aux élus, présidents de département, maires et industriels du secteur, dont les prévisions d’emploi seraient ainsi menacées, d’appuyer leur demande légitime par un courrier complémentaire à Madame la Ministre, dès ce mercredi 14 décembre, car les heures sont comptées avant la clôture du budget.

Le vélo peut donner de la voix, donner des voix et indiquer la voie, ne perdons pas le nord !!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer